A- A A+

19 / 02
2015
> Thématiques : Économie / Tourisme, Emploi
En 25 ans, Garos Electronique s'est imposé comme le spécialiste français des capteurs de force tout en diversifiant son activité. Aujourd'hui, l'entreprise, basée à Bouguenais, souhaite augmenter son rendement grâce à la fabrication de produits propres en phase avec les attentes du marché. Pour cela, elle a recruté un développeur de projets.

Garos Electronique met l'accent sur la fabrication de produits propres."Tout a commencé en 1990 dans un garage", sourit Jean Garos, président fondateur de Garos Electronique, à Bouguenais. "Nous avons commencé par construire des jauges de contraintes pour le secteur aéronautique et très vite de grosses entreprises comme Airbus nous ont fait confiance. Mais il a fallu ajouter des pièces au puzzle."

Si l'entreprise continue de travailler pour Airbus, Bombardier, Eurocopter ou Dassault, elle a néanmoins rapidement commencé à fabriquer et installer des capteurs de force et de température, puis des circuits électroniques, pour minimiser sa dépendance. Avec aujourd'hui près de 600 clients et 150 salariés répartis sur deux sites, elle a réussi à surmonter la crise de 2009.

"On s'était cassé la figure mais depuis 2010 on est à 60 % de croissance. On a remonté la pente et on est revenu à un niveau supérieur à celui d'avant la crise", estime Jean Garos. De quoi recommencer à aller de l'avant : parallèlement à l'ouverture de bureaux de prospection en Espagne, au Canada et plus récemment en Allemagne et en Russie, l'entreprise souhaite désormais développer et commercialiser plus de produits propres.

Une aide a permis le déclic

En 2010, pour surmonter la crise, Garos Electronique avait sollicité l'expertise de consultants extérieurs dans le cadre du programme Dinamic*. Axé sur les prix de revient et sur la rentabilité de l'entreprise, ce programme a révélé des imperfections dans le fonctionnement de l'entreprise : "C'est à ce moment là que nous nous sommes rendu compte du fait que nous étions un peu juste en termes de développement de produits propres, alors que c'est justement sur ses produits propres qu'une PME comme la nôtre, qui travaille majoritairement en sous-traitance, peut espérer faire des marges intéressantes", explique Annie Tréhondat, directrice des ressources humaines de l'entreprise.

Mais développer et commercialiser des produits propres en accord avec les attentes du marché ne s'improvise pas : on estime qu'il faut tabler sur 200 000 € à 300 000 € d'investissement et au moins 18 mois de mise en œuvre. En 2014, Garos Electronique a donc sollicité, et obtenu, une aide de 52 000 € du Fonds Pays de la Loire Territoires d'Innovation.

"Recruter un cadre entièrement dédié au développement étant compliqué pour nous, cette aide a été le déclic pour activer le projet", estime Annie Tréhondat. "Aujourd'hui, on peut se targuer d'avoir un développeur à bord !"

* Le programme Dinamic est un accompagnement personnalisé mené par des experts de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes Saint-Nazaire co-financé par l'État et la Région des Pays de la Loire.

Signature : Pierre Bordais.

 

Spécialiste des capteurs de force

 

Le défi de la production en propre

 

Dinamic : un déclic pour bien recruter

 

Pour en savoir plus : www.garos-electronique.fr

Infos par départements

Infos par départements Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

Recherche

Recherche d'articles

Tout cocher

Par départements :

Tout cocher

Par thématiques :

Mon compte / alerte mail

Qui sommes-nous ?

Créé en janvier 2012, Le Fil des Territoires est un service de diffusion d'informations sur l’action publique des Pays de la Loire.

> Lire la suite...

Vidéos

Haut de page

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir comment demander leur suppression, consultez nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK
EU Cookie Directive Law Information