A- A A+

05 / 12
2012

 

L’association nantaise Makiz’art mène depuis six ans une action d’éducation à destination des personnes en grande difficulté. Ce sont des détenus ou des jeunes en rupture scolaire… invités à prendre la parole face caméra. Objectifs de ces "Images d’ailleurs" : réaliser des courts-métrages pour sortir de l’isolement et retrouver confiance en soi.

 

Pas facile de se mettre en scène face à l’objectif lorsque la vie est une peau de vache ! Jeunes déscolarisés, suivis par la Protection judiciaire de la jeunesse, détenus de la Maison d’arrêt de Nantes, demandeurs d’asile… Makiz’art prend le parti de donner la parole aux personnes les plus fragilisées et les plus éloignés de l’offre culturelle.

En prison, la parole se libère et se collecte en vidéos.Depuis six ans, l’association nantaise s’appuie avec succès sur cinq à sept ateliers artistiques par an pour former les publics dits empêchés à la création audiovisuelle. "Il s’agit de les sensibiliser à la culture du cinéma mais aussi de proposer un regard critique sur l’image médiatique, loin des clichés", explique Vincent Gicquel, coordinateur du projet Images d’ailleurs qui bénéficie d’une aide de 7 000 € de la Région.

Artistes, réalisateurs, cadreurs… Une quinzaine d’intervenants est employée par Makiz’art pour donner vie à ces ateliers qui intègrent la diffusion de films suivis de débats, une formation pratique aux techniques de la vidéo, et au bout de l’expérience, la réalisation d’un court-métrage sur un sujet libre. Ce sont des films d’animation, en papiers découpés car en prison "on ne filme pas les lieux et encore moins les visages des détenus", rappelle le responsable, dont l’association s’apprête à lancer un ciné club à la maison d’arrêt, en début d’année.

Des films coup de poing

Un travail sur le fil du rasoir qui aura conduit Makiz’art à produire des films coup de poing, des projets expérimentaux plus développés dont "Certé 2037", un docu-fiction réalisé entre 2009 et 2011, avec la contribution des habitants d’un quartier populaire de Trignac. Dans la grande banlieue de Saint-Nazaire, un projet de renouvellement urbain bouscule la vie d’une cité populaire : on devine alors les inquiétudes des uns, les attentes des autres.

Tout le travail du réalisateur Marc Picavez a consisté à faire réagir les habitants, en imaginant leur environnement, en 2037. De cette expérience participative est née une série de capsules vidéo, un blog, une galerie de portraits, des documents sonores, etc. réunis au sein d’un web doc à découvrir sur taxi-certe.com.

Infos par départements

Infos par départements Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

Recherche

Recherche d'articles

Tout cocher

Par départements :

Tout cocher

Par thématiques :

Mon compte / alerte mail

Qui sommes-nous ?

Créé en janvier 2012, Le Fil des Territoires est un service de diffusion d'informations sur l’action publique des Pays de la Loire.

> Lire la suite...

Vidéos

Haut de page

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir comment demander leur suppression, consultez nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK
EU Cookie Directive Law Information