A- A A+

24 / 01
2013

Si Médecins du Monde privilégie officiellement la terminologie de "personnes proposant des services sexuels tarifés" à celle de "prostitution", c’est pour englober la multiplicité des situations. Le principal axe d’intervention à Nantes de ce programme spécifique de l’ONG porte sur les personnes migrantes prostituées dans la rue.

 

Irène Aboudaram, coordinatrice chez Médecins du Monde (MdM) Nantes du programme d’assistance aux personnes proposant des services sexuels tarifés, est une femme énergique, passionnée et animée de fortes convictions. Mais sur le sujet qui l’occupe, elles ne sont en aucune façon teintées de politique. Une seule préoccupation : la santé publique.

"Sur Nantes, nous avons pris en charge l’an dernier 284 personnes différentes. Cela ne signifie pas qu’il y en a autant en permanence dans la rue. Certaines personnes ne "travaillent" qu’occasionnellement, d’autres en font un métier, d’autres encore sont victimes d’une extrême précarité… Médecins du Monde ne se préoccupe que de santé publique, ne juge pas ces personnes, ne rentre pas dans les débats d’abolition, de maisons closes ou autres."

Un soutien des collectivités

Car au final, tout se résume à quelques points cruciaux : la dignité humaine face à la maladie, aux conditions de vie, à l’accès au droit. La prostitution étant autorisée en France, seul le racolage est interdit, mais la judiciarisation de cette pratique et les rapports avec les services de police apportent encore plus de fragilité, avec des conséquences médicales.

Irène Aboudaram se félicite des bons rapports avec les services municipaux et les institutions nantaises et régionales qui participent d’ailleurs au financement de l’antenne de MdM. "Le dialogue avec les institutions a repris depuis quelques mois et c’est une bonne chose. On ne néglige plus les acteurs sociaux". Le budget du programme concernant la prostitution est de  150 000 € annuels. Les 10 000 € versés par la Région couvrent le coût des "matériels de prévention" distribués aux personnes prises en charge (médicaments, préservatifs, gels…).

La santé avant tout

Chaque jeudi et vendredi, des "maraudes" (tournées en camion) sont effectuées pour rencontrer les personnes sur leur lieu de travail. "La plupart sont des migrantes africaines, en stratégie de survie. La police a essayé de démanteler en fin d’année 2012 un réseau exploitant des Roumaines. Cela complique parfois le suivi mais elles savent bien que nous sommes une ONG indépendante, pas des indicateurs. Le problème, ce n’est pas la police mais les lois". Pour Irène Aboudaram, les diverses politiques, qu’elles soient permissives, hypocrites, ou sécuritaires, négligent toutes l'aspect sanitaire. Inlassablement, son équipe le prend en charge.

 

Pour en savoir plus : www.medecinsdumonde.org/En-France/Nantes

Infos par départements

Infos par départements Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

Recherche

Recherche d'articles

Tout cocher

Par départements :

Tout cocher

Par thématiques :

Mon compte / alerte mail

Qui sommes-nous ?

Créé en janvier 2012, Le Fil des Territoires est un service de diffusion d'informations sur l’action publique des Pays de la Loire.

> Lire la suite...

Vidéos

Haut de page

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir comment demander leur suppression, consultez nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK
EU Cookie Directive Law Information