A- A A+

05 / 02
2014

En 40 ans, la Florentaise, historiquement société d’extraction de sable, est devenue leader français… de la fabrication de terreau. Un terreau innovant et respectueux de l’environnement qui lui ouvre de belles perspectives de croissance à l’étranger.

Jean-Pascal Chupin, PDG de la Florentaise où l’on produit un terreau… à base de fibre de bois, une matière renouvelable.Déjà présente aux Etats-Unis ou au Royaume Uni… et bientôt en Chine ! "Nous avons signé début janvier un programme d’implantation dans ce pays avec à terme la construction de quatre usines de terreaux", révèle Jean-Pascal Chupin, PDG de la Florentaise, PME de Saint-Mars-du-Désert, créée il y a 40 ans et qui compte 120 collaborateurs.

D’abord société d’extraction de sable, la Florentaise est devenue, avec un chiffre d’affaires de 32 M€, leader français de la fabrication de terreau. Un secteur dans lequel elle a basculé en 1986 pour faire face à l’épuisement du gisement de sable et dont elle revendique 15 % des parts de marchés français.

La Florentaise, ce sont ainsi 900 000 m3 de terreaux produits en 2013, à destination du grand public et des professionnels. "Dont un tiers part à l’export", indique Jean-Pascal Chupin qui travaille depuis plusieurs années à une croissance forte à l’international. D’ores et déjà, "nous avons signé pour une exportation de 400 000 m3 en 2014", annonce-t-il.

Terre noire de Brière et fibres de bois pour remplacer la tourbe

Un succès hors frontière que la Florentaise doit en grande partie à ces innovations en faveur du développement durable. En l’occurrence, et depuis 15 ans, la société de Saint-Mars-du-Désert oeuvre à limiter l’usage de la tourbe, certes matériau de base traditionnel mais non-renouvelable et porteur de biodiversité, dans ses terreaux.

"Nous avons connu la fin du gisement de sable, nous savons que la tourbe n’est pas inépuisable", commente le PDG de la Florentaise. Au sein de la société, on a alors développé des matériaux de substitution comme la terre noire de Brière ou, plus novateur, la fibre de bois issus des déchets de scierie. Des composants respectueux de l’environnement que Jean-Pascal Chupin veut mettre au service "non seulement de la culture mais aussi de la nourriture et de la santé des plantes et ce à l’échelle du monde."

Avant la Chine en 2014, la Florentaise avait ainsi investit en 2013 et avec l’aide de la Région des Pays de la Loire (23 172 € dans le cadre du dispositif VIE) au Canada. Son PDG ne cache pas lorgner sur l’Amérique du Sud avec des projets qui se dessinent au Brésil, au Mexique… Si la Florentaise compte sept unités de production en France, Jean-Pascal Chupin le sait bien "c’est à l’étranger que nous avons aujourd’hui les meilleurs opportunités de développement."

* Volontaire international en entreprise.

Pour en savoir plus : www.florentaise.com

Infos par départements

Infos par départements Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

Recherche

Recherche d'articles

Tout cocher

Par départements :

Tout cocher

Par thématiques :

Mon compte / alerte mail

Qui sommes-nous ?

Créé en janvier 2012, Le Fil des Territoires est un service de diffusion d'informations sur l’action publique des Pays de la Loire.

> Lire la suite...

Vidéos

Haut de page

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir comment demander leur suppression, consultez nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK
EU Cookie Directive Law Information