A- A A+

23 / 03
2016
Basé à Distré, le centre technique du champignon est la seule structure de recherche pour les acteurs de la filière française. Depuis 2014, il cherche à donner une seconde vie au compost employé en culture, pour booster le potentiel du champignon de Paris.

À Distré, le Centre technique du champignon œuvre pour la filière française depuis 1988.Près de Saumur, le centre technique du champignon (CTC) abrite une "forêt" expérimentale de champignons de Paris autour de laquelle s'active une équipe de quatre chercheurs et techniciens.

Bras technique de la filière champignonniste, le centre s’attelle depuis 1988 à relever les problématiques auxquelles sont confrontés quelque 50 producteurs français : protection des cultures, amélioration des variétés, lutte contre les maladies… ou encore l'optimisation du cycle de production, comme c'est le cas avec l'un des derniers projets engagés par le CTC : "ChampiReUse".

Un enjeu stratégique

"L'origine de ce projet remonte à 2011, une année climatique très difficile marquée par une sécheresse importante", indique Régis Védie, directeur du CTC, basé à Distré. "Cette année-là, les prix sont montés en flèche et la paille a manqué. Or avec le fumier de cheval, elle est l'une des constituantes essentielles du compost employé pour la culture du champignon de Paris."

Pour gagner en autonomie, la filière s'est donc tournée vers le CTC avec le lancement, en 2014, du projet ChampiReUse*. "Aujourd'hui, le compost employé par les producteurs ne sert qu'une seule fois, c'est-à-dire pour un seul cycle de vie du champignon, avant d'être valorisé comme amendement organique agricole. Le projet vise à évaluer la possibilité de réutiliser ce compost pour un deuxième cycle."

Premiers retours à l'automne 2016

Au terme de premiers essais, ce levier clé de compétitivité présente d'ores et déjà des résultats encourageants : "Nous parvenons à faire repartir un cycle de champignons, mais en quantité moindre : la récolte moyenne est de 30 à 40 kg/m², et sur un deuxième cycle la récolte varie de 8 à 25 kg/m². Le travail se poursuit pour rééquilibrer le milieu de culture, réduire le risque de moisissures, identifier les éventuels apports nutritifs et évaluer la faisabilité économique. Il y a une vraie attente des professionnels, car près de 300 000  tonnes de paille sont exploitées par la filière chaque année. Les premiers enseignements seront pris à l'automne."

* Le Projet ChampiReUse (2014-2017) est soutenu par la Région des Pays de la Loire (169 200 €) au titre du développement de l'agriculture durable.

Infos par départements

Infos par départements Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

Recherche

Recherche d'articles

Tout cocher

Par départements :

Tout cocher

Par thématiques :

Mon compte / alerte mail

Qui sommes-nous ?

Créé en janvier 2012, Le Fil des Territoires est un service de diffusion d'informations sur l’action publique des Pays de la Loire.

> Lire la suite...

Vidéos

Haut de page

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir comment demander leur suppression, consultez nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK
EU Cookie Directive Law Information