A- A A+

05 / 01
2012

Les maisons de santé ont été d'abord conçues pour freiner la désertification médicale et assurer un maillage territorial cohérent. Mais cela ne doit pas occulter un autre aspect tout aussi important : le développement de pratiques de santé plus collectives et territoriales. Exemple : à Louverné.


Les travaux ont tout juste démarré. La livraison est programmée en octobre 2012. La future maison de santé de Louverné porte en elle un projet qui révolutionne les pratiques à l’échelle d’un petit territoire de la couronne lavalloise, cinq communes rurales dynamiques (1). Leur démographie est en effet en forte expansion. De 5390 habitants en 1999, elles totalisaient 7225 habitants en 2008. Et continuent de progresser.

Ici, pas de désertification médicale constatée, mais la volonté d'anticiper et de mutualiser. Secrétaire de l’association des professionnels de santé qui porte le projet médical de cette nouvelle maison, le kiné Denis Morvan a déjà fait le choix de la mutualisation en s'associant avec un confrère. Pour autant, avec la future maison de santé, la mutualisation ira plus loin : partage du secrétariat, gardes plus simples à organiser, accueil de stagiaires, etc. "Cette maison va permettre aussi une approche pluridisciplinaire, relève Denis Morvan. On pourra faire réellement de la prévention."

 

13 professionnels

 

"L’architecture même de la future maison est prévue pour favoriser les échanges", renchérit Dominique Angot, adjoint à Louverné qui coordonne avec le maire le cheminement de ce dossier depuis ses débuts. Aujourd’hui, l’élu mesure le chemin parcouru avec satisfaction. "Aux dernières municipales de 2008, c’était une idée. Aujourd’hui, c’est concret. On a construit la concertation avec les maires de chacune des communes et avec chacun des professionnels de santé... Il faut du temps pour lever une à une les réticences, laisser du temps aux différents partenaires pour s’intégrer dans cette démarche".

Treize professionnels de santé seront réunis dans la future maison de santé : trois médecins (un de plus qu’actuellement), trois infirmiers, un pédicure podologue, trois kinés, un ostéopathe, une diététicienne nutritionniste et une psychologue qui interviendront également dans les deux antennes, l’une dans l’ancienne école rénovée de St-Jean sur Mayenne, l’autre au sein du foyer Ionesco à La Chapelle-Anthenaise.

Le projet estimé à 2,1 M€ bénéficie d’une subvention de la Région de près de 500 000 € (2). 

 

(1) Louverné, Saint-Jean-sur-Mayenne, Montflours, Chalons-du-Maine et La Chapelle-Anthenaise.

(2) Dont 192 000 € dans le cadre du CTU (Contrat territorial unique) conclu avec l'aglomération de Laval.

Infos par départements

Infos par départements Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

Recherche

Recherche d'articles

Tout cocher

Par départements :

Tout cocher

Par thématiques :

Mon compte / alerte mail

Qui sommes-nous ?

Créé en janvier 2012, Le Fil des Territoires est un service de diffusion d'informations sur l’action publique des Pays de la Loire.

> Lire la suite...

Vidéos

Haut de page

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir comment demander leur suppression, consultez nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK
EU Cookie Directive Law Information