A- A A+

25 / 01
2013

Depuis la première édition en 1986, le festival d'humour Les Embuscades n'a cessé de se développer et attire désormais plus de 12 000 spectateurs. La recette du succès ? Une programmation rendue accessible à tous et une identité à part. Pour assurer la pérennité de l'événement, les organisateurs pensent déjà à l'avenir.


Pour conquérir le public, il n'est pas toujours nécessaire d'avoir les pieds sur terre. Si la dernière édition du festival d'humour Les Embuscades a rencontré un franc succès avec 12 500 spectateurs, c'est avant tout parce que les organisateurs ont su conquérir le cœur du public au fil des ans.

Première décision majeure : créer l'association Festival de l'humour en 1993 afin de se substituer à l'Amicale laïque en tant que structure organisatrice et sortir ainsi du clivage privé-public. "Cela nous a permis de décoller ; le festival a davantage rassemblé et sa durée est passée de trois jours à une semaine'', se souvient Jean Loury, responsable artistique et instigateur du festival. En 2012, la 27è édition a de nouveau reçu le soutien de la Région, qui a versé 20 000 € à l'association.

"Lier toutes les forces vives du territoire"

Pour Jean Loury et les 150 bénévoles qui gravitent autour de l'événement, la recette du succès doit reposer sur deux objectifs : toucher l'ensemble de la population et asseoir une identité résolument décalée. "Nous voulons lier toutes les forces vives de notre territoire rural : écoles, entreprises, associations… Au-delà des douze jours de programmation, nous mettons en place un projet culturel sur deux mois, dans douze communes du secteur."

Salons du livre et rencontres avec les artistes ont ainsi permis aux Embuscades de s'inviter en milieu scolaire (3 000 enfants en 2012). Performances à la Maison d'arrêt de Laval et à l'institut médico-éducatif de Château-Gontier, présence dans les petites communes, spectacles à l'intention des salariés des entreprises partenaires : l'humour en Embuscades est véritablement accessible à tous.

Pour se forger une identité, le festival compte également plusieurs signes distinctifs : sa propre monnaie, son journal… et même son personnage historique fictif, Vivien l'écossais. Ce valeureux barde, libérateur de la commune lors de l'occupation anglaise du XIVe siècle, possède sa statue et un square à son nom à Cossé-le-Vivien !

L'association se donne désormais deux ans pour procéder au renouvellement progressif de ses cadres et s'assurer ainsi que les générations futures entretiennent la dynamique de l'événement ; si Vivien l'écossais n'est que pure fiction, le succès du festival est, lui, bien réel !

 

Pour en savoir plus : www.lesembuscades.fr

Infos par départements

Infos par départements Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

Recherche

Recherche d'articles

Tout cocher

Par départements :

Tout cocher

Par thématiques :

Mon compte / alerte mail

Qui sommes-nous ?

Créé en janvier 2012, Le Fil des Territoires est un service de diffusion d'informations sur l’action publique des Pays de la Loire.

> Lire la suite...

Vidéos

Haut de page

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir comment demander leur suppression, consultez nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK
EU Cookie Directive Law Information