A- A A+

22 / 03
2013

Accompagnés par le comité de jumelage Laval – Garango, des centaines d'habitants du Burkina Faso bénéficient de formations dédiées aux métiers de l'artisanat. Un centre de formation va même à ouvrir ses portes à l'automne prochain.

 

Des cours d'alphabétisation ont souvent été dispensés avant les formations professionnelles.En 2007, le comité de jumelage Laval – Garango avait ciblé l'artisanat comme source potentielle de développement économique pour la ville et sa région du même nom, au centre-est du Burkina Faso.

Vice-président du comité, Michel Serru parle même de "potentiel inexploité" avant d'étayer son propos : "Cette zone est un lieu de passage international mais aussi une halte pour de nombreux camions, le soir. Or il n'y avait jusque-là qu'un seul mécanicien". D'où l'idée de développer la formation des artisans et de construire un centre dédié à l'approfondissement de leurs compétences.

"Il existe une nouvelle génération qui souhaite se prendre en main plutôt que de se satisfaire d'une assistance. Ce sont eux qui construisent le projet", explique Michel. Coût total : 300 000 €, finançant à parts égales la construction du centre et les projets de formation. 89 800 € ont été versés sur trois ans par la Région dans le cadre de son soutien aux projets internationaux.

"Une assiduité incroyable"

Si le centre de 300 m2 est bien construit, il n'a pas encore été investi par les artisans burkinabés. Pour cela, il faudra attendre octobre : le bâtiment aura alors été équipé d'outils informatiques et de matériels de bureau et sera donc agréé par le Ministère de l'éducation. Malgré cette période de transition, les premières formations ont tout de même été dispensées. "Les cours se font là où l'on peut. Souvent sur des bancs, dehors. Malgré ces conditions, la population fait preuve d'une assiduité incroyable".

Dans cette région au taux de scolarisation d'environ 60 %, il a d'abord fallu renforcer l'alphabétisation. Un plan sur trois ans, ponctué par des examens, vient d'ailleurs de se terminer pour 90 personnes. "Nous avons aussi développé des compétences professionnelles comme l'informatique, la gestion ou la compréhension de la fiscalité."

Près de 350 personnes ont déjà bénéficié de ces plans de formation, dispensés avec l'aide d'organismes locaux. Sont concernés les métiers de la construction (maçon, menuisier, charpentier, électricien) mais aussi les services comme la couture et la coiffure.

Les prochains programmes sont actuellement élaborés par les artisans. Michel Serru envisage ainsi "une autonomie complète d'ici 2014". D'ici là, des chambres auront été aménagées au sein du centre, qui pourra donc accueillir des artisans de toute la région, qui compte pas moins de 98 000 habitants.

Infos par départements

Infos par départements Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

Recherche

Recherche d'articles

Tout cocher

Par départements :

Tout cocher

Par thématiques :

Mon compte / alerte mail

Qui sommes-nous ?

Créé en janvier 2012, Le Fil des Territoires est un service de diffusion d'informations sur l’action publique des Pays de la Loire.

> Lire la suite...

Vidéos

Haut de page

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir comment demander leur suppression, consultez nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK
EU Cookie Directive Law Information