A- A A+

11 / 12
2013

Afin d'améliorer la qualité de l'eau distribuée, le Syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable de Livré-le-Touche a procédé au reboisement d'anciennes terres agricoles à proximité d'une zone de captage. Un arrêté préfectoral protège désormais le périmètre.

Sur le site de L'Éperonnière, trois opérations de reboisement ont été effectuées en quinze ans."Pour notre approvisionnement en eaux souterraines, nous disposons de deux points de captage", explique Michel Raimbault, président du SIAEP (Syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable) à Livré-la-Touche, l'organisme en charge de la production et de la distribution d'eau potable dans douze communes du secteur*.

"À Ballots, la nappe phréatique est située à 60 mètres de profondeur, au cœur d'un sol en schiste", poursuit-elle. "Elle est donc peu vulnérable". A contrario, la seconde nappe, au lieu-dit L'Éperonnière à Livré-la-Touche, ne se situe qu'à vingt mètres de profondeur, dans une zone sableuse propice aux infiltrations.

"La proximité de terres agricoles, avec des cultures sous traitements, occasionnait des taux nitrates trop élevés dans l'eau brute. Au milieu des années 90, nous avons donc opté pour le reboisement pour inverser cette tendance. Des terres étaient à vendre, le syndicat s'est porté acquéreur". Parfois, ce dernier procède même à des échanges de terres afin de se rapprocher de la zone de captage. "Mais jamais d'expropriation", précise Michel Raimbault.

Périmètre de protection

Les premiers reboisements sont donc effectués en 1997, une opération réitérée en 2011 puis début 2013. Sur les 139 hectares du site de L'Éperonnière (dont 53 sont classés zone sensible), 17 sont reboisés en 1997 puis 23 autres entre 2011 et 2013 : des chênes, des frênes, des pins…

Dans le cadre de sa politique de préservation de la biodiversité et de gestion durable des espaces agricoles, la Région des Pays de la Loire a financé une partie de ces aménagements, les dernières opérations faisant notamment l'objet d'une aide de 11 780 €. "L'arrêté préfectoral du 20 juillet 2011 a instauré un périmètre de protection réglementaire autour du captage de l'Épronnière", confie Marie-France Radé.

Désormais, les mesures prises pour la préserver sont officiellement reconnues d'utilité publique. "Nous savions que le reboisement était le meilleur moyen de faire baisser ces taux de nitrate. Et nous avons effectivement constaté une nette amélioration de la qualité de l'eau depuis les premiers aménagements."

 

* Athée, Ballots, Brains-sur-les-Marches, Cuillé, Fontaine-Couverte, Gastines, Laubrières, La Roë, Livré-la-Touche, Méral, Saint-Michel-de-la-Roë, Saint-Poix. En plus de ces douze communes, le SIAEP alimente partiellement la commune de Cossé-le-Vivien.

Infos par départements

Infos par départements Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

Recherche

Recherche d'articles

Tout cocher

Par départements :

Tout cocher

Par thématiques :

Mon compte / alerte mail

Qui sommes-nous ?

Créé en janvier 2012, Le Fil des Territoires est un service de diffusion d'informations sur l’action publique des Pays de la Loire.

> Lire la suite...

Vidéos

Haut de page

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir comment demander leur suppression, consultez nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK
EU Cookie Directive Law Information