A- A A+

30 / 12
2014
Au fil des ans, les abeilles se raréfient au Rucher des Misottes, à Grues. Pour maintenir ses 480 ruches, les apiculteurs sont chaque hiver obligés de reconstituer leur cheptel.

À Grues, la perte d'essaims est devenue, chaque hiver, récurrente pour le Rucher des Misottes. Ces dernières années, les chiffres sont encore plus inquiétants : de 10 à 15 % de perte au lancement du Groupement agricole d’exploitation en commun (Gaec) en 1977, le taux grimpe aujourd'hui à 30 %.

La production de miel du Rucher des Misottes se réduit d'année en année."Ce recul s'explique par le fait que beaucoup de ruches sont trop affaiblies pour se développer correctement , en raison de la météo mais surtout de l'utilisation grandissante de produits phytosanitaires dans l'agriculture", explique Jacques Mary, gérant, avec son fils Mathieu, du Rucher des Misottes. "Nous ne pouvons donc plus nous appuyer sur la constitution d'essaims naturels. Moins de dix l'ont été de cette façon l'année dernière au lieu d'une vingtaine auparavant."

Pour reconstituer le cheptel, le Rucher des Misottes anticipe donc l'achat d'essaims dès septembre, grâce notamment au soutien de la Région des Pays de la Loire (3 138 € en 2014). "Sans cet apport, le Gaec serait directement menacé. Cependant la production reste malgré tout encore trop faible : nous sommes passés de 15 à 20 tonnes de collecte à 10 tonnes de miel cette année". Une production qui est écoulée directement à la ferme, sur les marchés de  et de en été.

 

Infos par départements

Infos par départements Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

Recherche

Recherche d'articles

Tout cocher

Par départements :

Tout cocher

Par thématiques :

Mon compte / alerte mail

Qui sommes-nous ?

Créé en janvier 2012, Le Fil des Territoires est un service de diffusion d'informations sur l’action publique des Pays de la Loire.

> Lire la suite...

Vidéos

Haut de page

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir comment demander leur suppression, consultez nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK
EU Cookie Directive Law Information